Bosnie de cœur et de rêve...le voyage tant attendu...

"Hannibal, per Alpes viam aperuit"...

Après le long ruban autoroutier italien,

et ses étonnantes particularités,

la verdoyante Slovénie nous accueille une nouvelle fois,

avec ses villages typiques et ses clochetons incroyables,

 

témoins de la diversité religieuse omniprésente.

"Dragomer"

La pose traditionnelle chez  nos amis Danilo et Dragica.

Danilo nous présente les deux petits jeunes du mariage de Prima et Patch

Et voici Cer (Vibha x Colt), toujours aussi charmeur et aussi sympa !

Cer possède déjà un beau palmarès, dont Danilo est très fier !

Patrick, Danilo, Bonnie and Clyde (Prima x Patch)

Nous voici repartis ...direction la Croatie, puis la Bosnie...

Petite pose café  avant le poste frontière de Bosnie Herzegovine

Une longue file d'attente...vestige d'un temps qui nous semble révolu...

et de nombreux piétons.

Ici, les gens  passent la frontière pour quelques emplettes bien modestes...

"On the road again, again"...

Nous filons vers le sud, directon Sarajevo.

Bosnie, terre de contrastes, emplie de charme.

et de contradictions de toutes sortes.

A Sarajevo, nous faisons la connaissance de Miso (en français : Michel) , 

qui  sera notre guide cultivé et interprête de talent.

Dès le lendemain, abreuvés de ses commentaires avisés, nous partons direction le soleil !

Avec un passage très attendu par Mostar la magnifique...orientale et multiethnique.

Le célèbre pont de la vieille ville, trait d'union entre deux cultures.

Au centre, un plongeur qui, pour quelques  sous, fera le grand saut !!!

Michel  nous attend patiemment !

Les petites rues typiques du cœur de la cité,

touristiques, mais tellement séduisantes  méritent une visite à pas lents.

Sortir de la ville,  pour retrouver notre projet initial...

En route pour la montagne sauvage, splendide, à une encâblure de Mostar.

Les ruines d'une forteresse turque (xv° siècle) se fondent dans le paysage minéral.

Nous approchons fébrilement de notre premier objectif.

Murets de pierres sèches, meules de foin traditionnelles, végétation brûlée par le soleil

(ici, l'été, la température dépasse allègrement les 40 degrés )

Deux Tornjak dans la première ferme écologique de la région.

Jeune mâle Tornjak de 7 mois, évidemment très sympathique.

Démonstration en image, avec ce "poutou" chaleureux dans la barbichette de Michel !

Sur les chemins difficiles de notre visite aux derniers peuples nomades européens,

la rencontre d'animaux "libres" est toujours un moment de jubilation

...même si les traces de la civilisation ne sont jamais bien loin...

Sur la "route principale", nous rencontrons des chevaux, des vaches, en totale liberté, mais aussi...

un Sarpla ...

qui, en parfait gentleman, ne manque pas à ses civilités !

Nous arrivons au village de " Smajkici", avec sa mosquée,

ses chevaux libres,

  et le célèbre motel Sunce, havre de paix du mont Velez.

La femme d'Ismet, propriétaire du motel "Sunce" nous accueille

comme de grands voyageurs fatigués et nous propose de nous restaurer,

Ce qui n'aurait pu attendre beaucoup plus longtemps.

Beignets, fromages, miel...et même un petit verre de vin...

..."que du bonheur" !

Un vrai régal, ce miel de montagne n'est-ce pas, Corinne ?

A quelques pas de là,

le spectacle est beaucoup moins drôle.

Le passé est tellement proche qu'il serait inhumain

de ne pas ressentir un malaise profond en pensant à ce que les gens ont vécu ici, il y a peu.

Voyager, même dans un objectif bien ciblé, c'est aussi essayer de comprendre.

Respecter les gens et observer un devoir de mémoire face à l'histoire...

 

Il y a plusieures années déja,  j'avais entendu parler à mi-mot des dernières populations pastorales d'europe...

Conscient qu'elles sont probablement appelées à disparaître, l'objectf prioritaire de ce voyage est donc de venir à leur rencontre et de passer un moment à leur côté. Comme vous allez le découvrir dans ce modeste reportage, il existe bien un autre monde que celui de la consommation effrénée et du matérialisme...un monde certes rude, mais dans lequel le sens de la vie prend une autre dimension.

Passionnant, et extrèmement enrichissant à découvrir...

Qui marche à reculons ?

En route pour la rencontre avec ces dernières populations pastorales traditionnelles

30 minutes de marche, le village est déjà loin. Deux heures encore à crapahuter...

 

Un aperçu du "chemin", particulièrement accidenté.

La progression est difficile.

Un court moment, génée par sa malvoyance, Corinne se démotive face à la difficulté du parcours,

puis se ressaisit aussitôt, tellement sa motivation est forte .

Chapeau, Madame :

Vous êtes une belle leçon de courage !

Soudain, des voix, et une rencontre un peu improbable..

Si belle soit la vie, chacun doit porter son fardeau...

Nous voilà repartis, gonflés à bloc et tellement bien épaulés par Ismet.

Rencontres, encore, avec une faune insoupçonnable, multiple, colorée,

..mais pas toujours anodine...

Merci Ismet, pour tes yeux perçants, la passion que tu fais partager

à tes hôtes  et ta connaissance parfaite du terrain !

A chaque opportunité, Ismet nous dévoile une autre richesse de sa montagne,

habitée d'espèces endémiques nombreuses et spectaculaires.

Il y a de l'insolite partout...

En pleine garrigue, face à la vallée, deux tombes discrètes, intemporelles.

Un peu plus loin, une grosse réserve d'eau,

indispensable à la vie estivale dans une région de grande sècheresse.

Le réservoir est alimenté par un ingénieux système de récupération des intempéries hivernales.

L'été, chacun pourra puiser selon ses besoins.

Les jambes deviennent lourdes, mais nous touchons au but...

L'arrivée au premier village : bacila traditionnelles...

...et "coyotes" de garde !

Dans le hameau précaire (sans eau courante ni électricité) se côtoient trois familles,

indépendantes mais solidaires.

Tandis que nous visitons les parcs de nuit des brebis, appuyés au bacilo,

les clochettes tintinanbulent dans l'air cristallin :

le troupeau n'est pas loin !

Ici, ce sont exclusivement les femmes (cobanica) qui s'occupent des brebis.

Elles vivent 5 à 6 mois de l'année dans les bergeries (katumi), coupées du reste du monde.

Mais la rude vie pastorale ne leur enlève pour autant ni le sourire, ni le sens de l'hospitalité.

Garder le troupeau, c'est également couper le bois de chauffage, filer la laine...

...et accessoirement tricoter!

Splendide visage, tellement expressif et tellement paisible.

A l'ombre des arbustes rabougris, les bêtes se faufilent, intriguées par notre présence insolite.

Certaines, les plus curieuses ou les plus intrépides, marquent le pas un instant pour nous observer.

Les autres filent directement vers leur enclos.

Les bêtes sont parquées... alors, bienvenue chez nous !

Si modeste soit-elle, la bergerie est animée et chaleureuse.

 

Oh, les belles cardes pour la laine! Les baudruches (suspendues) sont de véritables panses de brebis.

Pendant ce temps, la maîtresse des lieux s'active.

Au cœur de la bergerie, le repas mijote exhalant un doux parfum d'oignon.

miam, miam, nos estomacs crient famine !

or, il faut patienter un peu...

Le kajmac et le mradisir arrivent.

L'attente est presque douloureuse...

Corinne est assise sur la planche de bois qui sert de lit aux bergères, tout près du foyer.

humm, comme c'est bon !

Partager, c'est aussi manger dans la même gamelle, chacun sa cuillère.

Puis vient le moment du départ ...

Essayer de fixer ce flot d' images, pour ne pas oublier

Surprises, ces voisines reprochent à Ismet de n'avoir pas eu le temps de se parer pour nous recevoir.

Une montagne "habitée", au propre et au figuré.

Sur le retour, un cadavre de renard en décomposition avancée.

A nouveau, le village, le motel,

et l'accueil (toujours aussi sympa, dénué d'agressivité) de quelques chiens libres

nous conforte dans l'idée qu'un animal équilibré, sain, donc sociable...n'est jamais dangereux !

 

Des paysages

merveilleux

spectaculaires

intrigants...qu'un coup de zoom ...

démystifie... quelquefois presque par hasard !

Autre site, jusque là quasiment inaccessible, et autre ballade incroyable,

Entre Bjelasnica et Visocica,

en pleine région d'estive

perdue, introuvable,

des kilomètres et des kilomètres d'une piste chaotique, aménagée par l'ONU.

De toute part, troupeaux, chiens et bergers

paisibles,

parfois surpris...

Nous sommes dans un autre monde !

Ici, le mot "pastoralisme" prend une autre dimension

Une quiétude quasi parfaite, seulement rompue par notre arrivée pourtant discrète

"Je vous demande de ne pas approcher"

"O.K, message bien reçu"...

Le bel oiseau -un aigle- nous surveille de haut.

L'art et la manière d'utiliser rationnellement la roche

et au bout du monde, l'inaccessible village classé de Lukomir,

hélas "pollué" par une sollicitation commerciale pesante,

car tout ce qui brille n'est pas d'or...

Site exceptionnel, beauté fascinante, en surplomb du canyon de Rakitnica

maisons splendides

que nous quittons à regret, un peu agaçés par cet attrape touristes inattendu !

Retour à la civilisation... des contrastes...

au sens propre et au sens figuré

Avec toujours ces cicatrices dans le paysage.

Le mont Igman, au-dessus de Sarajevo,

et les tremplins de saut à ski , vestiges des jeux olympiques...

Après une bonne nuit de sommeil, profondément réparatrice,

nous continuons notre périple direction le lac de Prokosko et ses cabanes de bergers...

Près de Fojnica, de discrets villages d'où s'échappe une fumée épaisse

   

émanant des nombreux fours à charbon de bois.

Au bord de la route, des pancartes évocatrices pour indiquer que le terrain

n'a pas encore été déminé. Mieux vaut ne pas s' aventurer hors des sentiers battus !

Contrastes et re contrastes, avec cette vision soudaine, à l'orée du bois...

Presque deux heures de 4x4  et de trépidations pour atteindre, à près de 1800 mètres,

le lac de Prokosko et le village qui le surplombe.

Un site exceptionnel, qui mériterait d'être inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco !

Une découverte merveilleuse !

Un pur joyau, dans son écrin de verdure magnifiquement préservé,

avec des chalets de bois simples, mais solides

et une activité pastorale soutenue !

Les Tornjak s'inscrivent aisément dans le paysage et sont omniprésents.

Ils ont eux aussi leurs cabanons.

Corinne songeuse et totalement sous le charme

de cette vie d'une totale simplicité, hors du temps, presque immatérielle.

Pastoralisme authentique, site de la sagesse et de la symbiose entre l'homme et la nature

Emerveillement permanent

 

Retour chez Halil, notre ami berger.

Hier, aujourd'hui, demain...chaque jour qui passe , les femmes sont à la tâche.

Entre ciel et terre,

comme à l'origine de notre ère,

paissent les troupeaux,

sous la surveillance tranquille et silencieuse des chiens.

Lorsque le maître n'est pas là, si l'on s'approche quelque peu,

les chiens font leur travail ...de dissuasion.

et s'apaisent dès qu'ils sentent que notre présence ne constitue aucun danger.

Alors le lent déplacement des bêtes reprend, d'une touffe d'herbe à une autre,

accompagné de celui des chiens.

D'un seul coup, tout s'active : notre présence ne passe jamais longtemps inaperçue !

Soudain voici Beli (père de Very) et sa "bande" !

Beli en compagnie de sa copine croate...

Toujours aussi cool, notre mascotte !

Et ces images répétées, dont il est impossible de se lasser

Des photos, encore des photos, juste pour le fun

Quel pied ! Quelle douce habitude !

Quel bonheur d'être là !

Tiens, le bélier serait-il en train de recompter ses troupes ?

une brebis, deux brebis...attention, tu vas t'endormir !

Salut, Halil, comment vas-tu ?

Ah, vous allez voir tout ce qu'il m'a appris... ouais, ouais, attention...c'est parti !

Regardez-moi !

Eh, toi, l'effrontée, allez, file avec les autres !

Bon, évidemment, il y a encore à apprendre, mais j'ai quand même bien progressé, non ?

Euh, moi, j'aimerais bien que quelqu'un s'occupe du dressage de celle-ci...

Moi, je lui ai appris la marche en laisse, pour le reste, eh, chef ? Chef ?

Ah, un petit coup de fer à friser...

et voilà le travail !

"corne d'auroch", dirait Brassens !

impressionnant, quand même !

Tu parles, il frime avec ça...vous n'allez quand même pas vous laisser avoir...

La jolie ferme d'Halil

le jardin (100% bio), les ruches...

...et les chiens !

Halil a constuit de belles cabanes pour ses compagnons.

"Oh oui, on est vraiment bien installés"

"Excusez-moi, je suis encore toute endormie"...

Agréable, la vue, non ?

Tiens, tiens, deux "ovnis"...

Non, ce n'est pas un petit Tornjak, mais bien un petit berger de Croatie !

Les animaux, tous les animaux sont pour Halil une source d'éducation, de complicité et de fierté !

   

Une autre source de fierté bien légitime :

la transformation du lait en fromage

et un grand moment de gourmandise  pour Corinne !

Hygiène rigoureuse, en dépit des faibles moyens matériels.

C'est dans ces bergeries que nait le célèbre fromage de Vlasic.

Et maintenant, une petite pose repas, propose la maman de Halil ?

Fromage, pain maison, légumes du jardin...authenticité de la vie rurale

dans un cadre de rêve.

Sitôt le repas terminé, il faut penser aux fenaisons et préparer les outils.

Une lame de faux s'affûte jusqu'à n'être plus qu'un fil.

  

et Halil affirme que pas une faucheuse mécanique ne peut couper avec pareille précision !

Un petit détour vers les chiens,

avant de repartir,

la tête pleine d'images,

fortes, touchantes, émouvantes,

spectaculaires...

Une tranche de vie, avec des moments rares, des émotions vives,

des rires, des larmes, des souvenirs intenses, exceptionnels

qui vous squattent irrémédiablement la tête,

bref, de quoi rêver pendant le chemin de retour et bien au-delà du voyage...

A bientôt ...

Merci de cette fidélité qui vous honore.